Saint-Sever-de-Saintonge (17) :

drôles de dames pour un drôle de centre

"L’association Alter Echo regroupe aujourd'hui deux femmes à Saint-Sever-de-Saintonge. Elles sont psychothérapeute et psychopraticienne.

Audrey Jestin et Dominique Lamari sont faites pour s’entendre.

Saint-Sever-de-Saintonge, petit bourg de 610 habitants situé à quelques kilomètres de Saintes, sent bon la campagne. Le centre est animé. L’école existe toujours et la mairie trône à quelques mètres. Mais ce qui attire l’œil, c’est cette grande maison charentaise construite en bordure de route. Une plaque y est adossée où on peut lire les noms des les femmes qui travaillent là. Elles sont psychothérapeute, psychopraticienne et ont décidé de s’associer sous le nom d’Alter Echo.

« Au départ, ça a fait un peu jaser. Alors que mon mari était en train de bricoler quelque chose sur la plaque, un couple de personnes âgées s’est avancé et a demandé : « Il y a beaucoup de fous à Saint-Sever-de-Saintonge pour avoir besoin d’autant de psys ? », s’en amuse Dominique Lamari, psychothérapeute et première à avoir posé ses bagages ici en 1988. Un bail. Plusieurs associées sont arrivées au fur et à mesure. « C’est l’histoire d’un pari fou d’installer quelque chose en pleine campagne dans le paramédical. »


Un pari gagnant. " Nos activités sont complémentaires ". Lorsque la thérapie d’un client coince avec l’une, c’est une autre qui prend le relais. « Il n’y a pas de concurrence. Au contraire. Si la personne souhaite une autre approche thérapeutique, elle a le choix », insiste Audrey Jestin, psycho praticienne, 33 ans, dernière à avoir rejoint le groupe.

Les deux associées sont aussi occupées par des interventions extérieures. Notamment Dominique Lamari qui participe à des formations de son modèle de tri dans l’héritage familial (THF) qu’elle a développé.

« J’ai choisi de rejoindre Alter Echo parce que ça me rassurait. En cas de problème, je sais que je peux compter sur le sérieux de mes collègues », confie Audrey Jestin. Entre elles, la confiance règne. Et capter la clientèle en milieu rural, est-ce un souci ? « Franchement, non. Nous avons des clients qui viennent de très loin comme de Toulouse ou de Nantes. D’Angoulême, aussi. C’est d’ailleurs la moitié de notre clientèle. Lorsque les gens sont installés dans une bonne relation, ils n’hésitent pas à faire des kilomètres », assure Dominique Lamari.

Après avoir ouvert son cabinet à Saint-Sever-de-Saintonge, en 1988, Dominique Lamari a mis six mois à pouvoir vivre de son activité. « Il ne faut pas croire que ce sont les gens d’ici qui viennent frapper à notre porte. Au contraire. Le fait d’être situé en milieu rural, retiré de la ville, est pour certains un gage de discrétion. » Pour démarrer, l’intéressée n’a cependant pas hésité à faire le tour des médecins. « Je me suis plus souvent fait jeter que bien recevoir. Deux ou trois médecins ont quand même commencé à m’envoyer du monde et tout s’est enclenché. »

Les conjoints ne sont d’ailleurs pas exclus des bons moments passés en dehors du boulot. « Il nous arrive de partir en voyage ensemble. Toutes les occasions sont bonnes. Il y a trois ans, une collègue a osé nous quitter pour aller rejoindre l’homme de sa vie à Paris. On ne lui pardonne pas », plaisante Dominique Lamari qui a réussi, en vingt-cinq ans, à fédérer autour de son projet. Ce qui n’était pas gagné d’avance".

Depuis, Virginie Thenaud les a rejoint pour encore plus de complémentarité.

St Sever, Bulletin Municipal - Juillet 2014, page du trait d'union:

Association Centre Alter Echo

     L’association « Centre Alter Echo » qui a vu le jour en 2013 ne chôme pas. Articles de journaux, conférences, émission radio, rencontres de professionnels, ont été mis en place avec succès et, de fait, le centre est de plus en plus connu dans le monde médical, paramédical, et auprès du grand public.


        Saint Sever, lieu de thérapies sérieuses et de personnes compétentes…
     C’est un beau défi qui a été réalisé au cours du temps. Et pourtant chacune de ces dames ont entendu à un moment donné     « réussir ici, ce n’est pas un peu difficile ? » Et bien non, car le triangle Saintes Pons Cognac est un plus géographiquement, la campagne rattrape la ville, et la valeur existe partout. La preuve ? Leur réussite !

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon